Suivre la vie du site ecrire à Amis Chateau - Maurice Limousin imprimer la page

La vie de Bertrand du Guesclin

L’époque

Entre les années 1320 et 1380, les familles royales de France et d’Angleterre sont fortement imbriquées.

Édouard III d’Angleterre réclame la couronne du roi de France comme petit fils de Philippe le Bel par sa mère, ce fut le début de la guerre de Cent Ans (1337-1453).

La peste noire de 1347 à 1349 qui tue le tiers de la population en Europe, les troubles (février 1358) menés par Etienne Marcel à Paris, les Grandes Compagnies, rassemblant des soldats désœuvrés, sans solde, qui sévissent dans tout le royaume, la révolte des paysans (la Jacquerie en Ile-de-France) épuisent la France.

JPEG - 416.7 ko
La jacquerie réprimée

Le Roi Charles V le Sage (1338-1380) est nommé roi en 1364.

Bien secondé par Bertrand du Guesclin, il redresse la situation, permet au royaume de retrouver la paix et de bouter, une première fois, les Anglais hors de France.

Bertrand du Guesclin (vers 1320-1380)

JPEG - 44 ko
Son blason

Aîné d’une famille de la petite noblesse près de Dinan, Bertrand du Guesclin (BdG), né vers 1320, fait ses premières armes en tournoi.

Breton, il participe à la guerre de succession en Bretagne, il se bat contre les Anglais qui veulent s’installer dans la région.

JPEG - 164 ko
Le chevalier du Guesclin (WIKIPEDIA)

Armé chevalier en 1357, vassal du duc de Bretagne, il passe au service du roi de France auquel il restera fidèle toute sa vie.

Un chef rusé, efficace

Petit, costaud, brutal, astucieux, il se distingue par ses ruses et son courage.

Menant une guerre de harcèlement, d’embuscades, utilisant mille ruses, à la tête d’un petit groupe de soldats, il affaiblit les Anglais contraints de s’enfermer dans les forteresses.

. . .c’est la guérilla avant l’heure.

Le roi lui confie le commandement des Grandes Compagnies afin d’en débarrasser le royaume. En 1365, BdG les emmène en Castille.

Il fut fait prisonnier en 1367 et libéré contre une forte rançon.

A son retour d’Espagne, en 1370, Charles V reconnaissant, élève BdG au titre de Connétable avec mission d’expulser les Anglais.

JPEG - 244.2 ko
Charles V remet à Du Guesclin son épée de Connétable (LAROUSSE)

La réputation de BdG est très grande de son vivant et il guerroie dans les régions de France occupées par les Anglais : en 1374 en Guyenne ; en 1378, il assiège Cherbourg.

Il repart en guerre contre les Grandes Compagnies en Auvergne.

Il arrive au Puy et se rend à Châteauneuf-de-Randon en juillet 1380, assiège la place forte.

Le 13 juillet 1380, malade, Bertrand du Guesclin meurt. Les anglais vaincus remettront les clés de la citadelle sur son cercueil.

JPEG - 191.1 ko
La mort de Bertrand du Guesclin

Le roi Charles V le Sage meurt aussi en septembre de la même année.

Un homme et quatre sépultures

Le cortège funèbre doit ramener le corps à Dinan ; Mal embaumé, on laisse les entrailles au Puy-en-Velay en l’église Saint-Laurent, puis les chairs inhumées à Monferrand ; le souverain tenait à ce que son connétable eût son tombeau près du sien à Saint-Denis : son squelette y fut envoyé. Seul son cœur arriva à Dinan. Deux gisants conservent son effigie, l’un au Puy, l’autre à Saint-Denis.

JPEG - 44.5 ko
Un des gisants du Guesclin

En 1380, il ne reste aux Anglais que Calais et, en Guyenne, les régions de Bordeaux et de Bayonne.

Bertrand du Guesclin demeure, avec Jeanne d’Arc, une figure légendaire de la lutte contre l’envahisseur anglais et un symbole du sentiment national naissant.